Précédent Sommaire Suivant



Vincenti

Aujourd'hui David est photographe. Il ne fréquente plus cette faune délirante. Il préfère affiner ses connaissances avec le plus vieux cataphile français, Daniel Munier, 53 ans.

Daniel Munier

J'suis descendu en 1957. Alors j'sais pas, ça fait combien de temps ça ? Ça fait heu... trente-trois ans.

Ah, la première descente, oui c'était, c'était amusant. On avait entendu parler des carrières, c'était... C'était à Paris, on avait entendu parler des carrières avec deux ou trois copains. Et puis, et puis à deux, un jour, on a... on a décidé de, d'y aller. C'était assez fantastique de trouver un réseau pareil sous Paris. C'est étrange les carrières, c'est quelque chose de vraiment curieux, c'est tout à fait anachronique, c'est pas de notre temps. C'est assez fantastique de se retrouver dans un site qui est pratiquement resté comme ça pendant heu... cinq cent ans ou mille ans.

Au début on descendait tout le temps, c'était tout nouveau. Il est même arrivé qu'on descendait tous les jours certaines semaines.

Il y a beaucoup de gens qui qui, beaucoup trop de gens qui vont dans les carrières sans, sans les respecter. Alors ça, c'est assez embêtant parce que, heu... elles vont se dégrader de plus en plus et heu... Et puis quand les carrières n'auront plus aucun intérêt et qu'elles seront complètement saccagées, et qu'elles seront totalement irrécupérables, ça sera un bon alibi pour la ville de Paris pour tout injecter définitivement.

Le journaliste

Ça vous fait pas mal au coeur quand vous redescendez sous Paris ?

Daniel Munier

Ah si si ! C'est sur. Oui oui, d'ailleurs y a des endroits, j'veux pas aller voir, y a des trucs, j'préfère plus y aller.


Précédent Sommaire Suivant